La vie des autres

 

385809025_c645c5a0b8_oFilm de Florian Henckel von Donnersmarck, avec Thomas Thieme, Martina Gedeck, Ulrich Mühe (2007)

Le cinéma allemand se porte décidément bien. Après La Chute et l’Expérience, d’Oliver Hirschbiegel, ou encore Goodbye Lenin, de Wolfgang Becker, voici un autre film de grande qualité provenant d’outre-Rhin. Un film qui, là encore, jongle avec le passé récent de l’Allemagne et avec des considérations politiques qui n’auraient sans doute pas droit de cité en France. Un film intelligent, qui sonne juste, et qui, sans complaisance, trace un croquis fidèle de la réalité de la vie des gens derrière le rideau de fer.

Nous sommes en RDA, en 1984. L’auteur à succès Georg Dreyman et sa compagne, l’actrice Christa-Maria Sieland, sont considérés comme faisant partie de l’élite des intellectuels de l’Etat socialiste. Ils montent des pièces de théâtre dans lesquelles le tout-Berlin Est se presse.

Le Ministère de la Culture commence à s’intéresser à Christa et dépêche un agent secret, nommé Wiesler, ayant pour mission de l’observer. Celui-ci fait partie de l’élite de la Stasi, c’est l’un des meilleurs éléments de la police politique ; il enseigne aux jeunes recrues les techniques les plus habiles d’interrogatoires, histoire de faire parler à coup sûr ceux qui complotent contre l’Etat.

A vrai dire, les motivations du ministre de la Culture ne sont guère avouables. Mais là n’est pas la question.

Tandis que Wiesler progresse dans l’enquête, le couple d’intellectuels le fascine de plus en plus. Sans prendre fait et cause pour eux, il sera amené à jauger son engagement politique, son travail au gouvernement, à l’aune du reste d’humanité qui l’habite encore. Un peu comme un 1984 à l’envers.

Outre les désormais bien connues méthodes oppressives des régimes totalitaires, où tout est basé sur le soupçon réciproque, le rôle clef des informateurs, les chantages et autres violences psychologiques, ce film sonne juste. A l’instar de La Chute, l’Allemagne qu’il décrit est sans complaisance, quoique les habitants s’en satisfasse bon gré mal gré. Histoire d’exorciser des démons, de considérer aussi avec intelligence le spectateur.

Un très bon film donc, pour deux raisons : la fidélité historique des événements, des lieux, des personnages, avec un Ulrich Mühe plus sadique que nature (lui qui était excellent dans Amen, et dont j’attends avec impatience la prestation dans le futur Mein Führer – Die wirklich wahrste Wahrheit über Adolf Hitler) ; et d’autre part, pour le traitement impressionniste et subtil de la dualité qui oppose l’idéal auquel il croit sincèrement et la réalité du dévoiement du pouvoir. Qui d’une certaine façon complète parfaitement la lecture d’une Hannah Arendt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s