Je l’aimais

19070355_w434_h_q80Je l’aimais, film français (2009), avec Daniel Auteuil, Marie-Josée Croze, Florence Loiret-Caille.

Alors c’est une connerie l’amour ? C’est ça ? Ça ne marche jamais ? 
– Si ça marche. Mais il faut se battre… 
– Se battre comment ? 
– Se battre un petit peu. Un petit peu chaque jour, avoir le courage d’être soi-même, décider d’être heur… 
– Oh ! Comme c’est beau ce que vous dites là ! On dirait du Paulo Coelho… 
– Moque-toi, moque-toi… 
– Etre soi-même, ça veut dire planter sa femme et ses gosses ? 

Je voudrais évoquer l’adaptation réalisée par Zabou Breitman du roman d’Ana Gavalda. Adrien est parti. Chloé et leurs deux filles sont sous le choc. Le père d’Adrien apporte à la jeune femme son réconfort. À sa manière : plutôt que d’accabler son fils, il semble lui porter une certaine admiration. Son geste est égoïste, certes, mais courageux. Lui n’en a pas été capable. Tout au long d’une émouvante confidence, il raconte à sa belle-fille comment, jadis, en voulant lâchement préserver sa vie, il a tout gâché. Dans le rôle du père d’Adrien, Daniel Auteuil. Dans celui de la belle-fille éplorée, Florence Loiret-Caille, celle qui donne la réplique à Jamel Debbouze dans Parlez-moi de la pluie. Et dans celui de Mathilde, l’amour absolu du père d’Adrien, Marie-Josée Croze, actrice canadienne, épouse délaissée de Dupontel dans Deux jours à tuer

Chloé a été lâchée par son mari. Le père de celui-ci, ce qui est peu courant me semble-t-il, propose de lui venir en aide, en la mettant au vert quelques jours. Elle part donc avec le père d’Adrien, accompagnée de ses deux filles, vers une destination alpino-pastorale, un chalet parfaitement lugubre et sinistre, que je conseillerai à quelqu’un qui s’écroule aussi sûrement que Flight Simulator 6 aux talibans pakistanais. 

Laissons la parole au père d’Adrien un instant :

Car vois-tu Chloé, ma vie, toute ma vie est comme ce poing serré. Je suis là, devant toi, dans cette cuisine.J’ai soixante-cinq ans. Je ne ressemble à rien. Je suis ce vieux con que tu secouais tout à l’heure. Je n’ai rien compris, je ne suis jamais monté au sixième étage. J’ai eu peur de mon ombre et me voilà maintenant, me voilà devant l’idée de ma mort et… Non, je t’en prie, ne m’interromps pas… Pas maintenant. Laisse-moi ouvrir ce poing. Un tout petit peu. Je nous resservais. A boire. – Je vais commencer par le plus injuste, le plus cruel… C’est-à-dire, toi. 

Rien qui puisse a priori déranger, donc, dans ce mélo d’une nuit passée au coin du feu, où un homme va raconter à sa belle-fille l’histoire d’un vieil amour adultère qui le hante depuis vingt ans. Rien, sinon le curieux couple né de ce flash-back, Daniel Auteuil et Marie-Josée Croze, qui trouvent leur fausse note commune.Daniel Auteuil a du mal à émouvoir dans le rôle de cet homme trop lâche pour suivre les élans de son coeur, au contraire de Marie-Josée Croze, magnifique dans la peau de l’amante. Dans l’attraction rendue intense entre un corps neuf et un vieillissant, le tandem réussit toutefois à surprendre, même en étant le produit d’un casting formaté. Petit miracle.

La morale de cette histoire – mieux vaut quitter sa femme et refaire sa vie avec son grand amour, plutôt que de choisir de conserver sa petite vie pépère, son canapé, sa voiture et son chien, bref de faire le grand saut comme Adrien plutôt que de rater sa vie comme son père – préfère donc la franchise à l’hypocrisie, la passion à la raison, l’amour aux conventions. On ne saurait blâmer Ana ou Zabou de telles considérations. 

«“Le droit à l’erreur”, toute petite expression, tout petit bout de phrase, mais qui te le donnera ? Qui, à part toi ?»

Publicités

Une réflexion sur “Je l’aimais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s