Gran Torino


Autant ce film – comme la plupart des films de Clint Eastwood – est excellent, autant la version blu-ray que j’ai visionnée est de qualité moyenne, sans plus. Certes l’image a un assez bon piqué, mais on est très loin derrière Quantum of Solace ou l’Etrange histoire de Benjamin Button, par exemple. Rien qui impressionne spécialement d’un point de vue visuel.

D’autre part et surtout, je voudrais souligner ici l’indigence de la Warner, incapable de fournir avec ce film des bonus dignes de ce nom. On a deux ou trois reportages sans intérêt, qui ne sont là que pour faire du remplissage et éviter le vide intersidéral, qui étonnerait déjà sur un DVD, et a fortiori sur un Blu-Ray. C’est particulièrement vrai du petit documentaire sur « l’homme et la voiture », qui n’a quasiment aucun rapport avec le scénario du film, et qui a dû prendre une demi-journée de travail, tournage, montage et post-production inclus. C’est donc très décevant sur ce point.

Il n’en reste pas moins que ce film est un incontournable, souvent classé dans les meilleurs films de 2009, et sans doute à juste titre.

Tatiana Kush


Voici bien longtemps que je ne suis pas sorti du champ du blogging classique, pour m’aventurer en terres plus arides et un brin polissonnes. La dernière fois, c’était il y a plus d’un an, lorsque j’évoquais la charmante Charlotte Stokely, blonde à damner un zombie eunuque.

Je renoue donc à présent avec une tradition trop longtemps oubliée, et voudrais évoquer avec vous une autre pornstar, qui, du haut de son mètre cinquante-cinq, connait un important succès depuis deux ans : Tatiana Kush, ou encore Tatiana Kushvnev, ou Tatiana Kushnev.

Native de l’Oregon, le 20 mai 1986, Tatiana s’est lancée dans la carrière artistique qu’on lui connaît depuis 2007, aux environs de 21 ans, donc. Pesant cinquante kilos, elle est dotée d’un tatouage tribal sur la fesse gauche. Elle a, à ce jour, tourné dans environ 67 films, couvrant tout le champ des styles du X, sans dominante particulière.

Je citerai ici quelques scènes de la belle :

Mike John’s Peep Show 2 : excellente scène avec Sean Michaels, qui n’est pas un jeune premier et qui pourrait être son père. Tatiana sourit tout le long de ce parcours physique pourtant éprouvant.

Nightmare on Black Street 2 : apeurée par un groupe de blacks, une scène collective menée de main de maître.

No Cum Dodging Allowed 9 : idem, pour faire simple, excepté qu’on est en mix races.

Shorty’s Mac’in Your Daughter 1 : scène sympa avec le célèbre Shorty Mac.

– Tom Byron’s POV Cocksuckers 8 : excellente scène de Point of View.

– Horny Hairy Girls 32 : très belle scène, là aussi, avec Rodney.

Manaconda 5 : belle scène orale.

Elastic Assholes 7 : belle scène, là encore, avec Mr. Marcus et Sean Michaels, et malgré l’absence de poésie du titre.

Et pour finir, quelques liens de photos ici :

Tatiana Kush – Set #1
Tatiana Kush – Set #2

Et la page Freeones.