Heavy Rain, un jeu qui n’en est pas un


Parmi toutes les critiques professées à l’encontre de Heavy Rain, et parmi toutes les louanges de ses laudateurs, il est difficile de lire des choses équilibrées et justes. Je vous propose toutefois l’analyse suivante, qui me semble de loin la plus pertinente :

Avec tout ce qui a été déversé dans l’espace public à propos de Heavy Rain, aborder le titre de Quantic Dream vierge de tout a priori relève simplement du tour de force. Sony a spectaculairement réussi son coup : avant même la sortie du jeu, on recense déjà des pro et des anti-Heavy Rain. L’éditeur a provoqué une telle cacophonie d’opinions qu’il en devient difficile de penser quoi que ce soit de la nouvelle création de David Cage et ses équipes.

Plébiscité par certains titres de presse faisant profession de foi envers la vision de Mr. Cage comme si l’avenir du jeu vidéo dépendait directement d’une espèce de conversion des joueurs à sa bonne parole, Heavy Rain est-il vraiment ce « pivot dans l’histoire du jeu vidéo » (Ecrans.fr) que prophétisent certains ? Surtout, peut-il être plus simplement considéré sur un autre mode que ceux de l’adhésion inconditionnelle ou du rejet un peu borné ? Et, en définitive, Heavy Rain doit-il amener joueurs et critiques à réformer leurs attentes vis-à-vis d’un jeu vidéo comme le déclare son créateur ?

Lire la suite