[re-load] Balance tes paiements !

Billet initialement publié le mardi 10 août 2004 à 12:13

J’espère que vous connaissez les 39 leçons d’économie contemporaine, de Philippe Simonnot, le célèbre éditorialiste du Monde.

De son bouquin à l’intelligence fulgurante, je voudrais vous entretenir aujourd’hui de son chapitre consacré à la balance des paiements.

Ah me direz-vous, quel sujet particulièrement chiant !

Pas si sûr. C’est sur des erreurs a priori secondaires que se fondent les certitudes des imbéciles.

En gros, la balance des paiements est composée de deux parties : la balance commerciale, qui, si on lui adjoint les invisibles (brevets, etc) devient la balance des paiements courants – je dirai donc « balance courante » pour simplifier -, et d’autre part la balance des mouvements de capitaux, appelons-la si vous me le permettez « balance des capitaux ».

Première évidence : la balance des paiements est TOUJOURS EQUILIBREE. Par conséquent, parler d’excédent ou de déficit de celle-ci n’a pas de sens. Seuls les postes internes – balance courante ou balance des capitaux – peuvent être en déséquilibre, le déséquilibre de l’un se compensant par l’excédent de l’autre.

Deuxième évidence : parler de déficit commercial d’un pays n’a PAS DE SENS ; cela revient à donner une connotation péjorative à un phénomène qui ne l’est pas. D’ailleurs, ce n’est jamais un pays qui est en déficit, qui importe ou exporte, mais des entreprises, administrations, particuliers, qui achètent, vendent des marchandises, des services ou des papiers financiers.

Troisième évidence : toute vente est un achat, et tout achat une vente. Tout dépend du point de vue duquel on se place. Mieux : si je vends mon PC à Tartempion, et que celui-ci ne le règle pas instantanément, cela revient à dire qu’il l’achète à crédit. Ce qui est encore un achat. Simonnot l’explique mieux que moi :

Cela (l’achat sans monnaie) voudrait dire que je vous achète (…) à crédit. Autrement dit, cet achat se traduirait par la « vente » d’un petit bout de papier sur lequel j’aurais écrit : je vous dois tant (pour le PC). Le fait que vous acceptiez ce bout de papier en échange de votre PC implique tout simplement que vous me faites crédit. Sur ce même papier, je pourrai ajouter : et je m’engage à vous verser cette somme à telle date. Une date sur laquelle nous serions tombés d’accord l’un et l’autre.

En effet, la substitution du bout de papier, représentant une créance, à un autre bout de papier, papier-monnaie qui lui aussi est une créance, ne nous fait pas sortir de l’équilibre de la balance des paiements.

Le fait de parler de déficit ou d’excédent de la balance des paiements, ou de tel poste pris isolément, conduit à une norme de comportement implicite et fausse sur le bon taux de change d’une monnaie. Du déficit de la balance courante, les gouvernements déduisent que le taux de change de leur monnaie est surévalué. Ceci s’est produit en France durant quarante ans : certains groupes d’intérêts se manifestaient pour se plaindre qu’ils ne parvenaient pas à exporter parce que le franc était surévalué, et qu’il fallait donc le dévaluer. D’autres se plaignaient que puisque le franc était surévalué, les autres devises étaient sous-évaluées par rapport au franc, et que de ce fait les marchandises étrangères disposaient sur le sol français d’un avantage concurrentiel déloyal. Nous entendons ce même genre de discours de nos jours, avec l’euro, et sa soi-disant surévaluation par rapport au dollar.

Ces gens-là ont les moyens d’exprimer leurs jérémiades au parlement, dans les cabinets ministériels et dans la presse. Lorsque de telles campagnes étaient orchestrées contre le change du franc, se déclenchait contre celui-ci une spéculation qui venait s’ajouter à la pression excercée sur le gouvernement pour qu’il dévaluât. Mais la dévaluation ne servait à rien. Le déficit commercial persistait, et l’excédent allemand aussi, quand bien même le mark était-il surévalué.

Pourquoi ? parce que rien ne dit que le bon taux de change est celui qui permet d’équilibrer la balance courante. Il est proprement stupide de prétendre vouloir équilibrer la balance des paiements poste à poste, comme l’a rappelé notre première évidence.

A présent, il est impératif de tenir compte de deux réalités formelles :

1. les données statistiques sont diffusées dans l’ordre chronologique suivant : mouvements de marchandises, puis balance courante totale, puis bien plus tard le reste – les fameux mouvements de capitaux – qui semblent donc constituer le solde de la balance des paiements. Mais il n’en n’est rien et c’est une erreur de journalistes.

2. le hic, c’est que les mouvements de capitaux, c’est aujourd’hui, en volume, 20 à 30 fois celui des marchandises. Deuxième erreur de journalistes.

Allons plus loin : pourquoi une balance des capitaux est-elle excédentaire ? je veux dire, vraiment, pourquoi ? Et sans répondre bêtement : ben pour compenser le déficit de la balance courante, m’sieur. Si on la considère en elle-même, pourquoi est-elle excédentaire ?

C’est parce que l’épargne nationale est insuffisante. Et pourquoi est-elle insuffisante ?

Parce que le dynamisme des particuliers et des entreprises du pays concerné est tel que ceux-ci sont obligés de faire appel à des épargnants étrangers pour financer leurs projets. C’est ce qui explique, par exemple, qu’un pays en voie de développement aura obligatoirement une balance courante déficitaire – et par conséquent une balance des capitaux excédentaire.

Tout ceci s’exprime très bien de manière mathématique (ne vous affolez pas, c’est archi-simple) : j’ai d’un côté des ressources, c’est-à-dire la production sur le sol national (Y), à laquelle j’ajoute les importations de biens et services (M). D’un autre côté, j’ai des emplois : je consacre ces ressources à la consommation (C), à l’investissement (I) ou encore à l’exportation de biens et de services (X). J’obtiens donc :

Y + M = C + I + X

Sachant par ailleurs qu’Y est la somme de tous les revenus, je sais que ceux-ci seront ou bien consommés (C), ou bien épargnés (S). J’obtiens donc une seconde équation :

Y = C+ S

Si je retire C, présent dans les deux équations, j’obtiens :

X – M = S – I

Tout se résume dans cette modeste équation de rien du tout. Quel que soit le solde de ma balance courante (X – M), le solde interne de l’emploi des revenus sera le même. Autrement dit, si les exportations sont supérieures aux importations, si donc la balance courante est excédentaire, c’est que l’épargne (S) est supérieure à l’investissement. Dans le cas contraire d’un déficit de la balance courante (X inférieur à M), j’aurai obligatoirement une épargne inférieure à l’investissement.

C’est tout con en fait. Pas besoin de sortir de l’ENA pour comprendre ça.

Et on arrive pile-poil à l’erreur majeure des protectionnistes : croire qu’il n’y a pas de relation entre exportations et importations. Or, en vérité, le protectionnisme d’un pays nuit non seulement aux pays étrangers (chose qu’il vise, en principe), mais aussi à lui-même car toute action sur les importations ne peut avoir d’effet que sur les exportations, le solde restant le même… Simonnot rappelle d’ailleurs de manière incidente que le grand théoricien du protectionnisme au XIXe siècle, Friedrich List, prévoyait que les Pays-Bas et le Danemark seraient voués à stagner, sauf à fusionner avec l’Allemagne…

Par conséquent, une balance courante excédentaire, donc – si vous m’avez suivi, une balance des capitaux déficitaire – est un très mauvaise chose.

A contrario, une balance des capitaux excédentaire – c’est-à-dire courante déficitaire, c’est pas compliqué bordel – est une très bonne chose.

C’est d’autant plus vrai que, lorsqu’en France la balance commerciale est excédentaire, cela signifie que les capitaux fuient notre pays. Pourquoi agissent-ils ainsi ? parce que l’épargne est surtaxée. Les prélèvements obligatoires et le remboursement de la dette publique accaparent plus de 55% du revenu national ! Il faut donc réduire les impôts.

Mais baisser les impôts impose de réduire la dépense publique, alors l’homme de l’Etat détourne son regard, la caravane passe et les chiens continuent à aboyer…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s