L’économie politique et le socialisme


22510100549610LMichel Chevalier, L’Economie politique et le socialisme, suivi de Accord de l’économie politique et de la morale, préface de Jean-Marc Daniel, Les Belles Lettres, en librairie le 13 juin 2014.

 

Dans le premier et célèbre texte issu de la conférence d’ouverture de son cours annuel au Collège de France, le polytechnicien et ancien saint-simonien Michel Chevalier (1806-1879) – par ailleurs artisan du Traité de libre échange entre la France et le Royaume-Uni en 1860 – défend l’économie politique et de ce fait l’économie de libre marché contre les accusations d' »égoïsme » lancées par les premiers adeptes du socialisme et en particulier Louis Blanc.

Il y démontre que la prospérité économique générale ne peut provenir que de la poursuite de l' »intérêt personnel » et du plein exercice de la « responsabilité individuelle », et que libre concurrence raisonnée et esprit d’association peuvent aller de pair. En assimilant finalement le socialisme à une survivance de l' »alchimie » et le qualifiant d' »utopie ténébreuse », il inaugure une polémique qui redouble d’intensité aujourd’hui, parfois dans les mêmes termes.

Le second texte, de même origine et également publié à l’époque dans le Journal des Économistes, précise certains points de cette thématique, entre autres le lien consubstantiel entre morale et économie politique, et critique le principe sur lequel étaient fondées les tentatives avortées d' »organisation du travail » par l’Etat lors de la Révolution de 1848 : plus que jamais d’actualité.

Jean-Marc Daniel est professeur d’économie à l’ESCP (Ecole supérieure de commerce de Paris), économiste à l’Institut de l’Entreprise, directeur de Sociétal, chroniqueur au Monde et à BFM Business.

Publicités