Omega Speedmaster « Scuderia », F1 Racing Schumacher Red


copeaurnwatches

schumi1

Retour aux sources

Les Speedmasters d’Omega sont des montres célébrissimes. Peut-être les plus connues, avec les Submariners de Rolex. Elles sont, dans l’esprit de tous ceux qui se sont une seule fois penchés sur l’horlogerie, indissociablement liées à la conquête spatiale et en particulier aux programmes de la NASA, ceux des vols habités vers et sur la Lune (Apollo, Gemini, …)

Nous allons néanmoins, dans cette revue, qui pourtant concerne bien une Speedmaster, rester très loin de la Lune et très terre à terre. Ou plutôt pneu à terre. Et, de la sorte, revenir aux sources de la Speedmaster.

Même se cela est méconnu, l’origine de la Speedmaster, c’est le monde de l’automobile et des sports mécaniques. C’est son ADN originel, aux côtés de la Rolex Daytona par exemple. A l’origine, pour son créateur Pierre Moinat, chef de la Création chez Omega, la Speedmaster était un chronographe sportif, solide (à l’époque, il était considérablement moins…

View original post 3 780 mots de plus

Recherche « Intérêt général » désespérément


Le Blog de Nathalie MP

—->   Cet article a également été publié le lundi 12 octobre 2015 sur      Logo CP

Terrible révélation, ce week-end : je suis une « jouvencelle effarouchée » (page 8). A mon âge, c’est dramatique. J’ai consacré la matinée d’hier à la lecture du livre de Copeau Les rentiers de la gloire (*) qui, d’après son expérience directe, nous propose une anthropologie sombre et désabusée des élus assortie d’une galerie de cinq portraits, tous plus têtes à claques les uns que les autres. Lecture synthétique (excellent point) et passionnante, que je recommande, autant le dire tout de suite, à tous ceux qui s’interrogent sur la seule question qui vaille en politique, celle de la place de l’Etat. Et lecture amusante pour moi, car de page en page j’ai eu comme l’impression de me faire taper sur les doigts par le professeur Copeau pour mon penchant infantile à croire les « fariboles » sur « le…

View original post 1 511 mots de plus