A la découverte du fabuleux miracle français


51jEpazlgiL._AA278_PIkin4,BottomRight,-51,22_AA300_SH20_OU08_Hector Allain vient d’écrire un roman libertarien. Grâce à lui, je suis heureux de vous offrir les bonnes feuilles de ce roman, incarnées par ses deux premiers chapitres.

Vous pouvez l’acheter sur Amazon en suivant le lien ci-dessous :

A la découverte du fabuleux miracle français: Roman libertarien

Bonne lecture !

 

Willkommen in Frankreich

Le temps était à l’orage. Quelques minutes après avoir dépassé la ville de Sarrebruck, la puissante Renault électrique franchit la frontière franco-allemande. Au solide béton germanique succéda alors un revêtement innovant à la texture organique. Dans l’habitacle sécurisé, trois hommes marquèrent par une minute de silence le début de leur voyage d’étude. On avait l’impression de flotter dans l’air. Le niveau sonore dans l’habitacle baissa, jusqu’à plus rien. Quelques éclairs zébrèrent le ciel. Une pluie brutale cribla soudain l’autoroute.
Conduite par Hans, jeune docteur en sociologie berlinois, la voiture accéléra comme une fusée. A ses côtés, Sigismund, la soixantaine repue, regardait avec effarement s’élever les chiffres du compteur jusqu’aux environs des 190 km/h. Son corps gras semblait s’écraser contre le fauteuil sous l’effet de l’accélération. Cette vitesse était légale en France, il le savait, pour les voitures équipées d’une aide électronique à la conduite. Les beaux paysages de France, alternant pâturages verts et semis ordonnés, défilaient désormais à toute allure le long des quatre voies désertes. La Diamanta sortit de la zone d’orage. Un bel arc en ciel se dessina sur la ligne d’horizon. On était fin juin.
Sigismund avait bien connu la France d’avant la Révolution de Tilleul, la France de la 5ème République. Leur mission consistait à disséquer les causes du miracle économique, social et culturel qui avait fait de ce pays la troisième puissance mondiale, derrière la Chine et les Etats-Unis. Sur le siège arrière, Ernst écarquillait les yeux de façon un peu niaise, déterminé à ne perdre aucune information. Sigismund l’observait dans le rétroviseur intérieur tout en avalant une lampée de snaps bavarois. De constitution frêle, atteint de calvitie précoce, Ernst était un être terne et soumis dont il n’aurait pas à se préoccuper. Sigismund songea avec
amertume aux voitures françaises qui ne lui inspiraient aucune confiance. Parmi les multiples débats qui avaient précédé le départ, le choix du véhicule avait été particulièrement houleux. Hans, le conducteur, un jeune libéral immature sentant la sueur et la testostérone, avait milité pour voyager en Renault. Sigismund, membre d’une commission du Bundestag, se serait contenté d’une simple Audi pour représenter l’Allemagne. Chez Hertz, cette marque se louait d’ailleurs 40 % moins cher. Ernst avait fini par trancher en déclarant que l’automobile était l’un des meilleurs exemples du renouveau français. Les marques hexagonales avaient vu en effet leur vente exploser en Asie où elles étaient devenues un symbole de différentiation sociale. Les belles de Shanghai aimaient se pavaner les coupés Venus. Voyager en Renault était donc une bonne idée pour faire le tour du pays, procéder à plus de 250 entretiens et établir un audit à caractère scientifique. « Votre budget est illimité » leur avait dit le ministre de l’économie. « Cette mission est historique, soyez à la hauteur ».

Avec cette vitesse démente, pensa Sigismund, ils arriveraient bien avant la nuit à Reims, lieu de leur première étape. Il décida de se détendre malgré tout. Les affrontements entre lui et le jeune Hans lui donneraient du fil à retordre dans les semaines à venir. Ce jeune puceau n’imaginait pas ce qu’il lui réservait. D’une légère pression sur l’écran tactile de contrôle, le vieux politicien affaissa son fauteuil. Le cuir artificiel, produit par génie génétique dans la région de Limoges, était étonnamment doux au toucher, ce qui lui rappelait la finesse des oreilles de son chat. Sur cette pensée étrange, il fut irrésistiblement emporté par un sommeil profond.

La fabrique de voitures

Implantée au sud de Reims, l’usine Renault s’étendait comme une ville sur plus de 4500 hectares. Guidée par le GPS, la Diamanta arriva à destination à 7h54. Un vent léger et tiède faisait tourner les éoliennes multicolores destinées à alimenter les chaines de production. Le bleu lumineux du ciel était à peine signé d’un croissant de lune discret. Cette première journée de mission aurait été parfaite, se disait Hans, sans la présence désagréable de Sigismund. Le vieux sybarite avait bu la veille des pintes de champagnes millésimés. Usant de son autorité sur la mission, il avait même forcé ses collègues à assister à ses libations. « Les réunions de team building seront obligatoires » avait-il décrété. L’estomac au bord des lèvres, il affichait ce matin une mine plâtreuse qui faisait craindre le pire.
Un colosse trentenaire souriant, vêtu d’une chemise Lacoste bleue, vint les chercher. Ancien Centrale Paris, responsable adjoint du site, Stan Krosky retraça en deux minutes l’histoire de la société. A la suite de la Révolution de Tilleul, 7 ans auparavant, l’entreprise avait été privatisée, avec une cession massive d’actions aux salariés. Le virage bien négocié vers la voiture électrique connectée et la découverte d’une dizaine de brevets clé, tels que la célèbre batterie luminescente, avaient permis d’asseoir la suprématie du constructeur. La refonte complète du design sous la touche magique de François Montano avait ensuite placé la marque sur un piédestal pour les amateurs de luxe et de technologies branchées. Le succès avait été fulgurant en Asie. Lors du lancement de la Renault Venus, treize fans de la marque avaient malheureusement perdus la vie à Shanghai, sauvagement piétinés par une foule hystérique. L’entreprise devait prendre désormais des mesures exceptionnelles pour la sortie de ses nouveaux modèles afin d’éviter les bains de sang.
La mission d’étude se tassa dans une voiturette électrique et partit à la découverte des sites de productions. Hans regarda sans pitié Sigismund qui soufrait des accélérations du véhicule. Il semblait au bord du désastre. On atteignit bientôt le premier site. Des machines entièrement robotisées fonctionnaient à une vitesse folle. Ce ballet frénétique, indiscernable tant il était rapide, restait totalement silencieux.

Le jeune sociologue fasciné par le spectacle s’enquit de la présence de personnes très jeunes ou au contraire assez âgées dans les effectifs. Stan eut un large sourire.

– L’entreprise est conçue comme un lieu de vie et de socialisation. La politique d’apprentissage a permis à notre pays de développer des compétences d’excellence, expliqua Stan avec une arrogance typiquement française (les allemands avaient mis en place un tel système depuis plus d’un siècle eut envie de faire remarquer Hans). Nous avons également résolu le problème des retraites. La carrière d’un salarié est composée de plusieurs paliers dégressifs en fin de carrière. A 68 ans, à l’âge du départ à la retraite, on ne travaille que 13 heures par semaine. Notre système de pension est ainsi autofinancé depuis des années et nous bénéficions en plus de salariés très expérimentés.

La voiturette électrique reprit nerveusement sa course, ce qui retourna encore une fois l’estomac de Sigismund. La chaine suivante produisait la fameuse 2R, un biplace qui faisait fureur à New York et à Sau Paulo. Pendant qu’Ernst et Hans redoublaient de questions, Sigismund sentait l’écoeurement monter par vague. La voiturette fit une pause providentielle, Stan étant appelé au téléphone. Le vieux politicien disparut avec une agilité surprenante pour sa corpulence derrière un grand massif de plantes vertes détoxifiantes. Ses collègues l’entendirent vomir avec de longs soupirs. Il revint quelques secondes plus tard avec un air pénétré, comme si rien ne s’était passé. Hans était révolté que l’on se comportât ainsi dans l’enceinte même d’une entreprise
mythique comme Renault.

La visite se termina en apogée avec l’exposition de modèles Saphir en attente de livraison. Chaque véhicule était personnalisé avec des peintures parfois extravagantes ou des accessoires luxueux. Stan montra aux allemands un exemplaire destiné à une personnalité russe très connue. Entièrement blindée, son intérieur était tapissé de laine pashmina fuchsia.

C’était l’heure du déjeuner. Des ouvriers profitaient de la pause pour jouer au beach volley ou pour profiter des piscines naturelles. Les allemands furent invités à la cafétéria de l’entreprise pour débriefer. La nourriture et les boissons, entièrement biologiques, étaient mises à disposition gratuitement et Sigismund ne se gêna pas pour en profiter. Le groupe s’installa à une table en bois aux côtés de quelques ouvriers actionnaires. L’un d’entre eux, âgé de 43 ans, nommé Paul, revenait d’un congé sabbatique de 6 mois en Inde où il avait suivi des cours intensif de Hatta Yoga.

– Enseigner cette discipline sera ma troisième carrière, annonça l’homme qui avoua avec un peu de honte avoir commencé sa vie professionnelle dans la tristement célèbre administration territoriale. En France, avec un taux de chômage de 3,5 %, on peut tout se permettre. On est assuré d’un revenu en permanence.

Les ouvriers rirent de bon coeur quand Sigismund leur demanda s’ils étaient syndiqués. En tant qu’actionnaires, ils avaient suffisamment de pouvoir, dirent-ils. Le système était ainsi autorégulé sans que l’on ne créa des organisations intermédiaires
dont la raison d’être était surtout politique.

– Avec la suppression de l’Etat et la réduction de 55 % des charges sur les salaires, des millions d’emplois ont été créées, en quelques années seulement, précisa Stan d’un ton docte en réajustant ses lunettes Gucci. Les entreprises sont devenues compétitives. Les salaires, sous le double effet de la restauration des marges bénéficiaires et de la forte tension sur le marché du travail, ont progressé beaucoup plus vite que l’inflation. Vous avez là l’une des recettes principales du miracle français

Au moment du départ, Sigismund fut porté disparu. On le chercha partout, à l’accueil, dans les différents restaurants, dans les jardins odorifères qui jouxtaient les usines. Hans le retrouva finalement dans les toilettes pour handicapés en train de téléphoner à voix basse. Sigismund pourtant assez arrogant à son habitude rougit jusqu’au deux oreilles. Hans le dévisagea avec cruauté. Ce vieux roublard préparait un mauvais coup et il faudrait l’avoir à l’oeil. Constatant environ 25 minutes de retard, Ernst prit le volant de la voiture. Avec une excitation chargée d’appréhension, Hans paramétra dans le GPS une destination située dans le sud de Paris. Le nom qu’il saisit évoquait partout sur la planète la folie magique et sulfureuse de la ville lumière. Les 450 chevaux électriques de la Diamanta s’actionnèrent en silence.

Publicités